viernes, 22 de abril de 2011

M. Arasalan : Voici les grandes valeurs qui encadrent notre choix du système de gouvernement

Le journal « Al Ayam » a réalisé ,dans le n° 469, une interview avec M. Fathallah Arsalan, porte-parole du Mouvement Al Adl Wal Ihsane, au sujet de plusieurs thèmes d’actualité : le Mouvement du 20 février, la participation d’Al Adl Wal Ihsane aux actions de protestation populaire, la coordination avec les acteurs politiques, la position vis-à-vis du discours royal du 09 mars, la dimension de l’antagonisme entre le Mouvement et le régime, l’alternative politique présentée par Al Adl Wal Ihsane, les conditions préalables à la constitution d’un parti politique…

La lettre ouverte adressée par M. Abdessalam Yassine au Roi Mohammed VI en 1999, et qui eut pour titre « Mémorandum à qui de droit », a plusieurs points communs avec les réclamations des jeunes du 20 février. C’est ce motif qui vous a poussé à « adopter», si l’on peut dire, ces réclamations ?

« Le mémorandum à qui de droit » adressé par M. Abdessalam Yassine au Roi Mohammed VI au début de son règne, au vu et au su du peuple, des médias et des observateurs, a été guidé par la volonté d’un homme et d’un mouvement qui veulent le bien de ce pays. Il ne fit donc pas assumer la lourde responsabilité du passé au nouveau Roi et lui proposa des entrées correctes à un règne juste.
Malheureusement, le gouvernant fit la sourde oreille, et ce contre quoi le mémorandum le mit en garde est arrivé. Les slogans du « Roi des pauvres », de « La nouvelle ère » et de « La société démocratique » se sont dissipés rapidement ; et la régression politique, humaine et sociale a eu lieu. Bien vite, nous avons retrouvé l’ancienne ère qui a mené le Maroc par le fer et le feu, le régime s’étant contenté de changer d’habit, de casquette, de quelques noms par ci, par là, et quelques lois formelles... Le despotisme est resté égal à lui-même, même mentalité, même composition, même système et même noyau dur qui contrôle le pays.
Nous continuons à appeler, comme nous l’avons toujours fait, à mettre fin à ce pouvoir tyrannique et à fonder un Etat de société partant d’une approche participative globale. Il était donc tout-à-fait naturel que nous soyons les premiers adhérents au Mouvement du 20 février, que nos réclamations rejoignent celles de plusieurs nobles consciences dans ce mouvement, et que nos jeunes adhèrent avec force à la coordination, à la planification, à l’action sur le terrain et en compagnie des autres jeunes du Maroc, et à cette dynamique que vit actuellement la rue marocaine.

Vous avez soutenu avec force les réclamations du Mouvement du 20 février, au point que certains ont pressenti dans la dernière marche du 20 mars les détails d’une « véritable » descente d‘Al Adl Wal Ihsane, dont la force est avérée dans la majorité des marches connues dans le royaume, aussi bien au niveau de l’encadrement qu’à celui de l’organisation. Est-ce là une réponse à l’usage de la force par les autorités, particulièrement à votre encontre, le 13 mars notamment ? Qu’est-ce qui s’est passé et que se passe-t-il au juste ?

Primo : Malgré le fait que nous subissions la plus grande part de répression et de violence du régime, prix que nous payerons jusqu‘à ce que noble peuple acquière sa dignité, il faut dire que l’intervention contre les protestations, au rythme desquelles le Maroc vit actuellement, touche aussi un grand nombre de forces politiques et d’organismes sociaux et professionnels. Et pour preuves : la violence sanglante des forces de «sécurité» casablancaises contre les journalistes le 13 mars, la « bastonnade» des femmes et des hommes de Khouribga dont les blessés ont été évacués vers les hôpitaux de la ville, l’intervention féroce contre les doctorants et les licenciés de l’enseignement la semaine dernière à Rabat, et la répression sauvage des licenciés chômeurs dans la capitale administrative et dans d’autres villes témoignent de la souffrance des citoyens et cadres marocains, martyrisés par ce makhzen tyrannique.
Partant, nous n’opérons pas de descente massive après chaque intervention répressive pour prouver notre persévérance et que nous ne craignons aucunement la répression, mais notre présence sur le terrain est dictée par la coordination avec les autres parties.
Secundo : A travers les coordinations locales auxquelles nous assistons et les conseils de soutien auxquels nous appartenons, nous tenons, comme les autres d’ailleurs, à nous conformer aux décisions relatives à la nature et à la dimension de l’action à entreprendre à chaque station. Je crois qu’il est tout-à-fait naturel, dans la gestion des batailles pour le changement, que les cadres menant l’action tiennent à diversifier l’ampleur de l’action à entreprendre, en fonction du besoin, du cumul et des exigences de la planification et de l’exécution.
Tertio : Je crois qu’il est tout-à-fait naturel que l’action de la rue gagne, jour après jour, en dynamisme, en ampleur et en taux de participation. Vous avez sans doute constaté que l’ampleur des protestations du 20 mars a surpassé celles du 20 février.
Quatro : Actuellement, nous visons à travers ces coordinations de grandes finalités réunies sous le slogan : « Le peuple veut renverser le despotisme », car toute organisation, composante, association, mouvement et parti qui ont pu rassembler le plus grand nombre autour de ce slogan, et non autour de leurs propres slogans et titres, doivent être salués pour leur aptitude à la mobilisation, à l’organisation et à l’encadrement, et non l’inverse.

Tout le monde connaît l’hostilité historique entre la gauche radicale et Al Adl Wal Ihsane, vu le gouffre idéologique et doctrinal qui vous sépare. Or, nous avons constaté dernièrement un certain rapprochement entre vous deux, sur le terrain des sit-in du 20 février. Est-ce dû au fait que les réclamations actuelles vous ont enfin unis ou bien parce que l’opposition au régime rend inéluctable cette alliance ?

C’est peut-être là un signe de maturité politique lorsque les nobles consciences évitent, surtout aux moments critiques de la marche des peuples et des nations, tous les différends et les divergences, au profit des grands objectifs décisifs.
C’est ce à quoi nous appelions bien avant le 20 février, au point que nous étions renommés pour être des appelants à un pacte collectif dans l’intérêt de la patrie, sans aucune exclusion ou élimination, dont l’arbitre serait le dialogue et la compréhension mutuelle, au vu et au su du peuple qui seul serait appelé à trancher, la suprématie populaire étant le credo de tous.
Aussi , le fait que ce mouvement nous rapproche de nos frères de toutes tendances, gauchistes, amazighs, politiciens, syndicaux, militants des droits humains ou indépendants, est une des qualités de ce nouveau Maroc que nous voulons bâtir. Nos différences enrichiront notre patrie commune.

Certains vous considèrent comme l’allié effrayant du Mouvement 20 février. Que répondez-vous ? Qu’en est-il de la volonté d’Al Adl Wal Ihsane de monter la vague et d’exploiter les évènements que vit le monde arabe pour faire pression sur le terrain, surtout après le déclin de la popularité de votre mouvement suite à la faillite de « la Qawma de 2006 » ?

C’est une des mauvaises chansons qu’on ne cesse de nous refreiner, et que les gens sont lassés d’entendre de la part de ce makhzen décrépi. Vous avez sans doute suivi les déclarations des jeunes, toutes tendances confondues, aussi bien dans la presse qu’à la radio et à la télé, et qui réfutent ce genre de propos et crient à la médiocrité de ceux qui le ressassent. C’est aussi l’avis des sages parmi les politiciens avec lesquels nous coordonnons au sein du mouvement.
Quant au recul de la popularité d’Al Adl Wal Ihsane, il ne peut que laisser perplexe tout observateur. Doit-il croire ceux qui parlent du recul et du déclin ou ceux qui crient à la volonté de domination et de démonstration de force ?
Peut-être serait-ce là l’occasion d’offrir un conseil politique aussi bien au makhzen qu’à ceux qui sont dans son giron : puisque la popularité de la Jamaa est en déclin avant et après 2006, laissez le mouvement péricliter et mourir progressivement. La logique veut que celui qui agonise ne mérite pas qu’on lui consacre des budgets, des appareils, des plans, les prisons, les détentions, le blocus, les manigances perpétuelles… !

Immédiatement après le discours royal du 9 mars, Nadia Yassine a déclaré à la chaîne France 24 qu’« il n’y a rien de nouveau sous le ciel du Maroc ». Cela veut-il dire que le discours royal, considéré comme « bouleversant et historique », n’a pas répondu aux réclamations de la Jamaa ?

Il est clair que le discours royal n’a pas répondu aux réclamations du peuple marocain. Les courtisans peuvent l’habiller de faux qualificatifs, la réalité n’en demeure que plus forte, et les seuls mots ne peuvent cacher sa réalité. Oui, « pas de nouveau sous le ciel du Maroc ». Le peuple marocain a répondu le plus clairement possible après ce 9 mars, notamment au cours des marches et des protestations du 20 mars qui ont eu lieu dans 60 villes et communes rurales dans une journée mémorable. Le peuple a ainsi exprimé son rejet des constitutions octroyées, affirmant que l’ère des dons est définitivement révolue, et appelant à nouveau à une assemblée constituante élue qui rédigera une nouvelle constitution démocratique garantissant aux marocains la liberté, la dignité et la justice.

Soyons francs. Tous les amendements annoncés par le discours et que vous aviez réclamé auparavant ne vous ont pas satisfaits. Quelles sont alors vos réclamations ? Comment concevez-vous les choses ?

Nullement ! Le discours n’a pas répondu aux exigences essentielles, celles d’un pouvoir démocratique régi par le slogan : « Un gouvernant élu par le peuple auquel il doit rendre compte » et fondé sur une constitution qui refléterait la volonté de la nation et non celle du gouvernant, une constitution émanant d’une assemblée constituante élue après un dialogue et un débat collectifs et ouverts qui traceront les grandes lignes et le cadre général de l’Etat et de la société. Après cela, nous nous attaquerons à la politique détaillée relative aux élections, au gouvernement, au parlement, à l’information, aux conseils centraux, partant de la règle de la séparation des pouvoirs et de leur contrôle. Par la suite, il s’agira de définir les plans stratégiques et détaillés permettant de bâtir une civilisation à la hauteur du Maroc et des Marocains, dont les mots d’ordre seraient le développement durable, la bonne gouvernance, la responsabilité, le civisme et l’intérêt public; pour voir ensuite comment tout cela pourra aboutir à assurer aux marocains une vie digne (enseignement, travail, santé…) …
Le discours royal a-t-il alors répondu à tout cela ? Nous savons tous qu’il a tout gardé sous le contrôle absolu de l’institution royale et c’est là l’essence-même du problème. Il n’a guère répondu à la question persistante de la concentration de la pratique politique et de l’activité économique. De même, il a négligé les réclamations sociales et politiques insistantes du peuple marocain.

Mais, le Prophète – Prière et salut sur lui- n’a pas légué un modèle de gouvernement. Il a laissé la gestion de la chose publique à la concertation des croyants. Quel est donc ce modèle qui pourrait satisfaire la Jamaa ? Le Califat inspiré par la méthode du Prophète par exemple… ? Et comment ?

Il est vrai que le Messager de Dieu – Prière et salut sur lui- n’a pas laissé une forme précise de gouvernement, et c’est là une sagesse de la législation islamique pour que les formes conviennent à l’évolution des temps. Mais il nous a légué des valeurs et des repères politiques qui ne pourraient être remis en question par le lecteur de sa biographie et l’explorateur de sa gestion du pouvoir. Notamment la règle ferme qu’il a instaurée et qui consiste au droit de la Oumma à choisir son gouvernant : ce qu’on appelle actuellement « la suprématie populaire ». Une règle entière dont l’application n’est pas exclusive au wali et au ministre, puisqu’elle englobe même la tête de l’Etat et du pouvoir politique, la Oumma ne pouvant être gouvernée contre son gré par une quelconque personne. La Oumma tenait son destin en main et pouvait choisir parmi les compétents intègres celui qu’elle voulait.
Et à côté de cette règle d’or, il y en avait aussi d’autres comme celles du jugement équitable, de la concertation, l’application de la charia islamique, le gouvernant étant au service de la Oumma et non l’inverse. Ce sont là les principales valeurs qui encadrent notre choix du régime que nous voulons. La législation islamique a laissé à l’homme le choix de la forme qui conviendrait à son temps, mais nous ne pouvons accepter une forme fondée sur d’autres valeurs en contradiction avec celles citées auparavant.
Donc, cher ami, le califat est un ensemble de grandes valeurs et un cadre de référence, et non un système défini. Lorsque nous parlons de cette question de califat, nous désignons par là l’unité de la Oumma, avec tous ses pays, politiquement, économiquement et sur le système de valeurs, loin de toute parcellisation colonialiste qui nous a conduits à des Etats réduits en cages pour les peuples. Quant aux formes, il y a plusieurs modèles adoptés par plusieurs Etats du monde comme le fédéralisme, par exemple.

M. Abdessalam Yassine dit : « Lae gouvernance islamique se distingue par le devoir que nous avons d’obéir à nos gouvernants à partir de l’acte d’allégeance qui impose aux gouvernants et aux gouvernés de se conformer aux ordres de Dieu et de Son Prophète, selon les deux conditions de la concertation lors du choix et de gouvernance selon les préceptes divins». Ne voyez-vous pas que cette condition est bien remplie ? Pourquoi ne reconnaissez-vous pas encore la légitimité de la monarchie et de la commanderie des croyants ?

De quelle condition parlez-vous ? La concertation dans le choix ou le gouvernement conformément aux préceptes divins ? Le peuple marocain a-t-il le droit de choisir la nature du régime et la personne du gouvernant ? S’agissant des grandes affaires politiques, il n’y a point de concertation avec quiconque mais un monopole absolu de la décision. Est-ce qu’on a pris l’avis des Marocains et de leurs forces vives dans la gestion de la question du Sahara ? Le gouvernement connaît-il les tenants et les détails du dossier Bellirej, le verdict injuste prononcé contre les cinq politiciens connus par tous pour leur adoption de l’action politique civile ? Le parlement discute-il le budget alloué à la cour royale lorsqu‘il soumet au débat la loi de finance annuelle ? La justice est-elle au fait de tous les détails du dossier du 16 mai ? Ses hautes institutions ont-elles été effectivement consultées sur la méthode à adopter pour garantir un procès équitable ? Où est la concertation dans le choix et la gestion pour parler après de l’allégeance en tant qu’engagement entre le gouvernant et le gouverné ?…Quant à la manière de gouverner conformément aux prescriptions divines, il suffit de faire un petit tour du côté des tribunaux et des prisons pour constater la dimension des violations judiciaires ; du côté des circuits de production, de commercialisation, de l’industrie pour voir combien sont énormes les richesses pillées et accaparées, les inégalités abominables ; du côté de l’administration pour découvrir que le langage en vigueur est celui du clientélisme, du népotisme et de la corruption ; de nos chaînes publiques, nos programmes d’enseignement, les bars, les boîtes de nuit, les casinos, la prostitution, la perversion des jeunes, la clôture des mosquées, le siège de l’appel à Dieu…Jugez de vous-même ! Quant à la légitimité du pouvoir, nous avons déjà défini ses fondements, comme nous les concevons et les proposons. Ils puisent dans l’Islam et ne s’opposent guère à la démocratie. La commanderie des croyants, quant à elle, est pour nous un ensemble de sens, de contenus, de valeurs et de responsabilités avant d’être des mots et des noms répétés sans cesse pour établir des légitimités illusoires.

A votre avis, quelle est la nature du différend qui existe entre Al Adl Wal Ihsane et le pouvoir en place ? Quel avenir pour cette relation entre le mouvement et le pouvoir ?

Ce qui a été dit montre très bien la nature du différend et de la contradiction. Car il y a une différence flagrante entre celui qui veut instaurer un Etat civil conforme aux normes modernes, et bâti sur les valeurs de l’islam, référence suprême de la Oumma ; et celui qui veut un Etat despotique théocratique régi par un régime totalitaire qui n’emprunte de la religion que son nom pour faire croire au peuple qu’il est légitime, et ne puise de la démocratie que ce qui lui permet de jeter de la poudre aux yeux. Différence flagrante entre celui qui veut un peuple libre et digne, vivant une vie qui respecte son humanité ; et celui qui le veut démuni de toute volonté et dignité, qui le veut totalement soumis aux dictats du gouvernant qui le mène où il veut, sans qu’il souffle mot.
Quant à l’avenir, nous avançons dans la voie que nous nous sommes tracé, sans dévier ou changer, avec l’aide de Dieu le Tout Puissant, et en faisant appel à ce vaillant peuple qui a levé l’étendard du changement et a adhéré à l’œuvre de l’édification de son avenir et de celui de ses enfants.

Le Mouvement Al Adl Wal Ihsane peut-il se transformer en parti et accepter les règles du jeu, surtout que vous avez discuté de la question lors de la rencontre qui vous a réunis avec l’ex-ambassadeur des Etats-Unis, Thomas Riley ?

Une partie du Mouvement (le Cercle Politique par exemple) pourrait participer, dans une phase particulière, à l’action politique officielle, de l’intérieur des institutions. Mais, comme nous l’affirmons toujours, avec des conditions politiques saines, pour une pratique politique juste ; conditions dont en premier ce que nous avons précité dans cette interview : à savoir les grandes règles politiques, légitimes et démocratiques, qui poseraient un nouveau cadre politique qui respecterait la volonté des électeurs, qui feraient associer l’action politique à la responsabilité, et qui donneraient à l’action politique un nouveau sens, au service de l’intérêt public. Sans cela, nous n’accepterons jamais des conditions injustes, ni d’être ajoutés aux chiffres déjà existants pour meubler le décor makhzénien et lui insuffler une nouveau souffle de légitimité et de dynamisme.

No hay comentarios:

Publicar un comentario